Projet et programme du PAREN                                                   

 I : Création

Le PAREN a été créé le 05 août 1999 avec pour objectif de bâtir une nation puissante en humanisme, en justice sociale, en ordre moral, en liberté et solidarité pleinement vécues, de réaliser un développement moderne au service de la grandeur de l’homme en préservant les valeurs humaines.

II : Doctrine

Le PA.RE.N  a opté pour un système intermédiaire, conforme à la nature des choses et qui concilie et réconcilie la liberté et la solidarité en distinguant l’individu et le groupe sans les séparer, en les unissant sans les confondre. Cette voie intermédiaire s’appelle le Tercérisme.

III : Projet de Société

 Le PAREN veut fonder une société à la fois de liberté et de solidarité. Cet équilibre entre l’individu et le groupe doit se traduire au niveau des libertés, du pouvoir économique et du pouvoir politique.

IV : But du PAREN

Le PAREN a pour but particulièrement :
  • de conscientiser et de responsabiliser tout Burkinabè sur ses devoirs politiques économiques, moraux et socioculturels à l’égard de la nation aux fins de faire du destin de la patrie une œuvre collective ;
  • de soumettre la progression matérielle au service du progrès moral, intellectuel et spirituel de l’homme burkinabè ;
  • de combattre toutes les atteintes à la dignité native de la personne humaine, à savoir : la misère, la maladie, l’ignorance, l’égoïsme, la haine, la violence et les violations des droits de l’homme ;
  • d’éradiquer la corruption, la gabegie, les détournements de deniers publics, le trafic d’influence, l’enrichissement illicite dans la sphère de l’Etat ;

V : Programme de Gouvernement

Ce programme comprend des réformes culturelles, sociales, administratives, politiques, institutionnelles, économiques et diplomatiques.

1. Les réformes culturelles

  • Une lutte acharnée contre toutes les formes de dépravation  (Prostitution, Pédophilie, animalité).
  • L’édiction d’un code de conduite sociale.

2. Les réformes sociales

Elles visent l’organisation des différents groupes sociaux et la résolution de problèmes sociaux vitaux (famine, eau potable, chômage, santé, éducation, habitat, voirie urbaine, laissés pour compte).

3. Les réformes administratives

  •  a dépolitisation des élections municipales et provinciales par l’admission des candidatures indépendantes ;
  • une répartition claire et précise des ressources fiscales entre l’Etat et ses démembrements et la liberté totale des collectivités de lever des impôts, taxes et redevances locaux ;
  • une définition claire et précise du domaine de compétence des collectivités et une réglementation subséquente de la tutelle administrative ;
  • la création des provinces selon le principe de l’unité socioculturelle.

4. Les réformes politiques

Elles concernent essentiellement la liberté de communication (presse, cinéma, livre , radio, télévision, musique, théâtre), les partis politiques (crédibilité), l’organisation et la gestion du pouvoir (une démocratie fédérative à ne pas confondre avec « fédérale » et associative).

5. Les réformes institutionnelles

Elles concernent notamment la Fonction publique (opérationnelle, non pléthorique, moins coûteuse, plus motivée, la Justice et  la Défense), la Justice (revalorisation du statut social des magistrats) et  la Défense (opérationnelle et moins coûteuse, politiquement consciente et loyaliste).

6. Les réformes économiques

Le développement est un train qui comporte une locomotive et des wagons : c’est la tactique. Au Burkina, le PA.RE.N considère l’énergie (eau et électricité) comme la locomotive du développement.
  • la mobilisation de l’épargne par l’actionnariat Populaire obligatoire (APO) ;
  • la restauration de la confiance par la création d’un conseil National de Gestion des entreprises Communautaires (CNGEC), composé des représentants de la seule société civile ;
  • produire et consommer burkinabé ;
L’agriculture devra être diversifiée de façon à produire tout ce que nous consommons et importons (vin par exemple !). Le développement de l’agriculture et de l’élevage permettra l’agro-industrie et l’agro-industrie incitera le secteur des services.
Au Burkina, la stratégie consisterait à maîtriser la démographie, la dégradation de l’environnement et le système éducatif.

7. Les réformes diplomatiques

Le PA.RE.N s’engage, en cas d’accession au pouvoir d’Etat :
  • à proposer, sur une base référendaire une fédération par étapes avec les pays voisins, puis avec tous les pays de l’Afrique de l’Ouest. A l’avenir, l’union africaine sera recherchée et une confédération sera négociée avec l’Afrique du Nord dans des domaines précis ;
  • à réviser les traitements alloués aux fonctionnaires des organisations africaines dans le sens d’une plus grande conformité aux réalités africaines.


Adhésion en ligne

Faire un don


Paiement par
portrait

Le Président du PAREN


Suivez-nous


Videos

Interview de Monsieux XXXX


LE TALK - TAHIROU BARRY - Burkina Faso par AFRICA24


INTERVIEW LAURENT BADO

Voir toutes les vidéos